247-Il y avait un jeu de mot, ici. Mais trop spoilerisant.

resonnance du soir

Pour beaucoup de personne, les couleurs de l’hiver, ce sont le blanc et le bleu. Pour moi les vraies couleurs de l’hiver, ce sont le noir (de la nuit durant laquelle je vais et je rentre) et le orange néon des lampadaires qui donne un aspect étrange et orangé à tout.

Le jeu de mot c’était “j’aime le son du corps le soir au fond des bois”. Haha.

Sinon cette note pourrie c’était pour dire que y’en a une de mieux qui arrive.

Et puis des fois aussi, je prends un format raisin (Deux feuille A3 en gros, 50×65 cm.), je prends un critérium, je prends 5 ou 6 heures sur mon week end, et je me prends pour Miyazaki. (cliquez sur l’image pour la voir en gros)

usineànuage

“L’usine à nuage”.

Même si la photo est supermoche, j’ai essayé de rattraper comme je pouvais sous toshop.
Et puis non, pour le moment y’aura pas de gros plan, ça je me les réserve, à vous de deviner à quoi correspond tous ces traits (petite aide : y’a une cité à l’arrière)

Bonsoir!

9 thoughts on “247-Il y avait un jeu de mot, ici. Mais trop spoilerisant.

  1. Alfred de Vigny te maudit pour cette note pourrie.

    Pour la peine je vais mettre tout le poème ici.

    Le Cor

    J’aime le son du Cor, le soir, au fond des bois,
    Soit qu’il chante les pleurs de la biche aux abois,
    Ou l’adieu du chasseur que l’écho faible accueille,
    Et que le vent du nord porte de feuille en feuille.

    Que de fois, seul, dans l’ombre à minuit demeuré,
    J’ai souri de l’entendre, et plus souvent pleuré !
    Car je croyais ouïr de ces bruits prophétiques
    Qui précédaient la mort des Paladins antiques.

    O montagnes d’azur ! ô pays adoré !
    Rocs de la Frazona, cirque du Marboré,
    Cascades qui tombez des neiges entraînées,
    Sources, gaves, ruisseaux, torrents des Pyrénées ;

    Monts gelés et fleuris, trône des deux saisons,
    Dont le front est de glace et le pied de gazons !
    C’est là qu’il faut s’asseoir, c’est là qu’il faut entendre
    Les airs lointains d’un Cor mélancolique et tendre.

    Souvent un voyageur, lorsque l’air est sans bruit,
    De cette voix d’airain fait retentir la nuit ;
    A ses chants cadencés autour de lui se mêle
    L’harmonieux grelot du jeune agneau qui bêle.

    Une biche attentive, au lieu de se cacher,
    Se suspend immobile au sommet du rocher,
    Et la cascade unit, dans une chute immense,
    Son éternelle plainte au chant de la romance.

    Ames des Chevaliers, revenez-vous encor?
    Est-ce vous qui parlez avec la voix du Cor ?
    Roncevaux ! Roncevaux ! Dans ta sombre vallée
    L’ombre du grand Roland n’est donc pas consolée !

    II

    Tous les preux étaient morts, mais aucun n’avait fui.
    Il reste seul debout, Olivier prés de lui,
    L’Afrique sur les monts l’entoure et tremble encore.
    Roland, tu vas mourir, rends-toi, criait le More

    Tous tes Pairs sont couchés dans les eaux des torrents.
    Il rugit comme un tigre, et dit : Si je me rends,
    Africain, ce sera lorsque les Pyrénées
    Sur l’onde avec leurs corps rouleront entraînées.

    Rends-toi donc, répond-il, ou meurs, car les voilà.
    Et du plus haut des monts un grand rocher roula.
    Il bondit, il roula jusqu’au fond de l’abîme,
    Et de ses pins, dans l’onde, il vint briser la cime.

    Merci, cria Roland, tu m’as fait un chemin.
    Et jusqu’au pied des monts le roulant d’une main,
    Sur le roc affermi comme un géant s’élance,
    Et, prête à fuir, l’armée à ce seul pas balance.

    III

    Tranquilles cependant, Charlemagne et ses preux
    Descendaient la montagne et se parlaient entre eux.
    A l’horizon déjà, par leurs eaux signalées,
    De Luz et d’Argelès se montraient les vallées.

    L’armée applaudissait. Le luth du troubadour
    S’accordait pour chanter les saules de l’Adour ;
    Le vin français coulait dans la coupe étrangère ;
    Le soldat, en riant, parlait à la bergère.

    Roland gardait les monts ; tous passaient sans effroi.
    Assis nonchalamment sur un noir palefroi
    Qui marchait revêtu de housses violettes,
    Turpin disait, tenant les saintes amulettes :

    Sire, on voit dans le ciel des nuages de feu ;
    Suspendez votre marche; il ne faut tenter Dieu.
    Par monsieur saint Denis, certes ce sont des âmes
    Qui passent dans les airs sur ces vapeurs de flammes.

    Deux éclairs ont relui, puis deux autres encor.
    Ici l’on entendit le son lointain du Cor.
    L’Empereur étonné, se jetant en arrière,
    Suspend du destrier la marche aventurière.

    Entendez-vous ! dit-il. – Oui, ce sont des pasteurs
    Rappelant les troupeaux épars sur les hauteurs,
    Répondit l’archevêque, ou la voix étouffée
    Du nain vert Obéron qui parle avec sa Fée.

    Et l’Empereur poursuit ; mais son front soucieux
    Est plus sombre et plus noir que l’orage des cieux.
    Il craint la trahison, et, tandis qu’il y songe,
    Le Cor éclate et meurt, renaît et se prolonge.
    Malheur ! c’est mon neveu ! malheur! car si Roland
    Appelle à son secours, ce doit être en mourant.
    Arrière, chevaliers, repassons la montagne !
    Tremble encor sous nos pieds, sol trompeur de l’Espagne !

    IV

    Sur le plus haut des monts s’arrêtent les chevaux ;
    L’écume les blanchit ; sous leurs pieds, Roncevaux
    Des feux mourants du jour à peine se colore.
    A l’horizon lointain fuit l’étendard du More.

    Turpin, n’as-tu rien vu dans le fond du torrent ?
    J’y vois deux chevaliers : l’un mort, l’autre expirant
    Tous deux sont écrasés sous une roche noire ;
    Le plus fort, dans sa main, élève un Cor d’ivoire,
    Son âme en s’exhalant nous appela deux fois.

    Dieu ! que le son du Cor est triste au fond des bois !

  2. AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAh je récupere mon pc (depuis une semaine) et je me balade sur le net, et la je me dit… il me manque un truc…
    Le blog a cham. C’etait juste avant que je me jette pas la fenetre pour me punir de l’oubli.
    Je me fouette avec des cheveux de troll pour mon injure infame et mon manquement a mon poste de fan ultime pendant si longtemps…
    J’ai du rater un milliard de chose… je me precipite pour lire de ce pas…

    Maître Cham, la pom pom girl sous ecstasy vous salue bien bas, et vous transmets ses plus vifs … trucs!

    VIVE CHAAAAAAAAAAM

  3. Eikko > Haha ouais \o/ effectivement, tes commentaires sous ecstasy m’avaient manqués, y’ a des endroit où l’ambiance des commentaires étaient vide ces derniers temps. Allez, ajoute de la coke pour la prochaine fois et bon retour en ces terres !

  4. Je suis fan de K pour cette note xD
    Sinon chapeau le dessin à la Miyazaki, j’adore.. Mais comment tu as dessiné un truc pareil? °°

  5. excellent site this blog.fredcham.com excellent to see you have what I am actually looking for here and this this post is exactly what I am interested in. I shall be pleased to become a regular visitor :)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>